Contact:

Ouvrages:

Libertés confisquées
quelles pédagogies pour mon enfant ?
La dictature de la babycratie. Bruno Humbeeck, Maxime Berger
aider son enfant à bien vivre à l'école

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Leçons d'humour, rire pour rebondir. Bruno Humbeeck, Maxime Berger

 

 

 

 

 

 

 

Et si nous laissions nos enfants respirer, Bruno Humbeeck, Maxime Berger

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prévention du cyberharcèlement et des violences périscolaires

 

 

 

 

 

 

 

 

 Prévention du harcèlement  et des violences scolaires
Polo le Lapin
Polo le Lapin
De Blanche-Neige à Harry Potter, Bruno Humbeeck
le bon choix amoureux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les ressources de la résilience

Bruno Humbeeck > Fichiers à télécharger

Conférence: "Les écrans et le confinement"

Texte de présentation:

Les écrans et le confinement

 

Si les enseignants ont appris quelque chose du confinement, c’est bien que l’enseignement numérique et l’enseignement physique, en classe, ne sont pas en concurrence. Les deux sont nécessaires. D’un côté l’enseignement numérique permet aux enseignants d’enregistrer des petites capsules d’une dizaine de minutes sur un certain thème pour distribuer des compétences. Ainsi les élèves peuvent écouter la capsule autant de fois qu’ils le veulent et les enseignants ne doivent pas répéter le même contenu plusieurs fois. D’un autre côté, le confinement demande de donner cours à des classes plus petites. Grâce à cela les élèves ont la possibilité de discuter du contenu qui a été proposé en ligne, mais dans un petit groupe. Cette combinaison est idéale, car elle revalorise l’enseignant et permet de maintenir un contact personnel entre l’enseignant et sa classe. Dans l’idéal, l’école devra nécessairement après le confinement faire une place au numérique, mais ne devra en aucun cas lui céder toute la place.”

 

Bruno Humbeeck, psychopédagogue et chercheur en pédagogie familiale et scolaire à l’Université de Mons

 

“L’utilisation des écrans a eu un effets positif lors du confinement. Un écran n’est pas mauvais en soi, et ça, les familles l’ont bien compris. Les écrans n’ont pas diminué l'importance des relations humaines, mais ont au contraire permis de penser large dans un espace réduit et de sortir virtuellement de l’espace dans lequel les familles se trouvaient. Grâce aux écrans, les familles ont pu avoir des conversations sur le contenu véhiculé par les écrans. Bien sûr, il reste important pour les enfants et les adolescents de tester leur aptitude à se désaliéner des écrans. Les enfants indiquent eux-mêmes qu’être en contact avec leurs amis grâce aux réseaux sociaux n’est pas la même chose que les voir en vrai et qu’ils en ont vraiment besoin. Mais l’écran peut offrir une intéressante fenêtre sur le monde. Cette fenêtre s'est même révélée indispensable pendant cette période de quarantaine.”